Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 17:22

 

Pomme de terre

 

 

Racine tubéreuse, enveloppe charnue,

Protubérance énorme à forme biscornue,

Pour celui qui voudrait s’en mettre plein le bac,

La pomme de terre a plus d’un tour dans son sac.

 

Amie de nos beefsteaks, des moules marinière,

La frite de Belgique est dans le monde entier

Consommée sans vergogne et sans grande manière

Avec trop de ketchup, pardon à Parmentier ;

 

L’amateur préfère en soufflé ou matelote

La noble tubercule, ainsi qu’en jus de flotte,

Préparée sobrement, façon robe des champs.

 

Audacieux, creusez-la, mettez-y de la farce !

Arrosez, beurrez-la, gratinez cette garce

Au corps si malléable, à la peau s’épluchant !

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 17:18

 

 

                Compas

 

 

L’intelligent compas sans compassion

Pique la feuille blanche, pas les doigts ;

L’instrument droit garant des proportions

Trace sec avec sa prothèse en bois.

 

Sous les ordres précis du géomètre,

Ses jambes raides se plient au diamètre.

Malgré les règles, son cercle tolère

Qu’il fasse plus d’écarts que les équerres.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 17:10
 
 
 

Citrouilles

 

 

Flamboyantes citrouilles

Aux sardoniques bouilles,

Gros yeux triangulaires

Aux airs patibulaires,

 

Malignes héritières

Des hideuses sorcières :

Je vous prends, je vous coupe,

Pour vous manger en soupe

 

Et je vous écrabouille

En une ratatouille,

Vous réduis en bouillie,

Somptueux margouillis !

 

Pour la nuit d’Halloween,

Le trente et un octobre,

L’on vous couvre d’opprobre

Puis l’on vous extermine ;

 

Allez savoir pourquoi,

Il faut garder la foi.

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 17:07

 

 

 

Chewing-gum

 

 

En bon anglais, le chewing-gum,

En français, la gomme à mâcher,

Au goût de menthe, au goût de pomme,

Au citron, j’aime à te cracher.

Passant de la bulle au mastique,

Allongé en fil élastique,

Tu as le chic pour te coller

Sous la table de l’écolier.

Trituré par les enragés

Dévorant un paquet entier,

L’on t’interdit aux gens âgés :

Tu terrorises les dentiers.

Mâché avec l’aluminium

Sur le plomb des dents excitées,

Le chewing-gum, tel l’uranium,

Produit de l’électricité !

Que pourrais-je ajouter en somme :

Chewing-gum, ta gomme dégomme !

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 17:00

 

Casque

 

 

Mais dis-moi, qu’est-ce donc cette épaisse coiffure

Que tu exhibes telle une encombrante armure,

N’en as-tu pas assez de jouer les justiciers

En manque d’aventure et d’amour, cuirassier ?

 

Est-ce pour résister aux assauts des sauvages ?

Avec leur scramasaxe, ils feraient des dommages

Irréversibles sur ton crâne mal poli,

Le fer le traversant leur semblerait joli.

 

Les sabreurs trancheraient d’un coup ta carotide

Et te feraient bouffer tes deux paragnathides.

Les frondeurs, d’une pierre, iraient crever tes yeux

Car tu n’as pas, je crois, de visière au visage.

Pourrais-tu résister à une armée de gueux

Emportés par l’envie, inexplicable rage,

 

De te briser l’armet, leurs doigts sanguinolents

Cherchant à t’embrocher ‑ je l’admets, c’est violent ‑

Avec la pertuisane, avec la baïonnette,

D’un franc lancer d’épieu, d’un tir à l’arbalète ?

Avec chevalerie, ces fiers coupe-jarrets,

La hallebarde au vent, ils te déplumeraient !

 

Mais qu’as-tu à vouloir me brandir cette chaîne,

Veux-tu m’assassiner ? L’erreur est bien humaine :

Comment pouvais-je voir, souffrant de cécité,

Que ce casque était pour faire du V.T.T. ?

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 18:25

 

 

Bricol-âge

 

 

J’ai réparé la tête avec des sparadraps

Recollé une oreille et ressoudé un bras

J’ai colmaté la brèche entre la cuisse et l’aine

Comme on tricote un pull ou fixe un bas de laine

 

En deux, trois mouvements, quatre abracadabras

J’ai serré deux boulons qui ne boulonnaient pas

Pour le milieu du corps, avec beaucoup de peine

J’ai inspiré très fort pour cacher ma bedaine.

 

C’est ainsi, comme ça qu’on cache l’estomac

Dans les talons parfois, pas le cheval, Thomas,

Mais jusqu’au bout des doigts de mes grands pieds trop froids

Qui dépassent des draps quand je m’étends tout droit

 

J’ai tiré quelques poils blancs, aïe, que ça fait mal

Redressé le bassin qui paraissait bancal

J’ai maquillé la peau avec de la peinture

Congelé mon cerveau pour arrêter l’usure

 

En un bon coup de hache, offert à mon étal

J’ai grignoté un bout de mon beau nez mental

(Pas besoin d’en faire tout un fromage)

Celui qui a du flaire et une boursouflure

Que j’ai voulu trancher pour plaire à ma figure.

 

C’est ainsi, comme ça qu’on se défait du gras

Ce morceau de barbaque est piégé comme un rat

Il ne mord plus mon âme, et je me fous du roi

Comme des araignées coincées dans mon beffroi.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 18:21

 

 Bistro

 

 

« Dans ce troquet, mon gars, j’ai des rêves en stock,

Des ambiances feutrées, de la chair dépravée »,

S’étourdit le barman qui picole son bock,

Une heure du matin, la noirceur aggravée.

 

« Il faut aller dormir », nous vomit un vieux schnock

Sur le pavé ancien de la place enclavée,

« On rencontre à cette heure une hydre que l’estoc

Ne pourrait pas percer, mais je l’ai abreuvée ! »

 

« Bourgeois, ta ville pue la morue et la mort ! »,

S’exprime un imbécile à raison ou à tort ;

Sur le trottoir glissant, un crachin noie l’urine.

 

En fin de matinée, je viendrai te chercher,

Nous irons dessoûler du côté du marché,

Promis, on n’y boira qu’une p’tite chopine.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 18:18

 

 

 

Bikini

 

 

Te souviens-tu du bikini

Lancé par la maison Réard,

Ce deux-pièces d’artillerie

Qui électrise le pétard ?

 

Te rappelles-tu, mon chéri,

Hiroshima, Nagasaki

Et Bikini, la bombe au centre

Pour leur chauffer le bas du ventre*

 

J’entrevois les charmes des ruts

Dans le coton et le spandex

Tandis que je m’expose aux chutes

Des projectiles du beau sexe

 

‑ Bombshell, canon, bombe sexuelle ‑

Le tissu du string menaçant ;

À trop tirer sur la ficelle,

Ça rend le désir oppressant.

 

*Variante :  Entre les seins et le bas-ventre ?

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 19:54

 

 

 

Bijoux

 

 

Depuis peut-être le Néolithique,

Des créatures humaines s’appliquent

À collectionner des bijoux mastoc,

Faisant le bonheur des marchands de toc.

Maints combats auraient pu être évités

Entre les mâles, sans leur vanité

À vouloir combler les ardents désirs

De l’égérie les couvrant de plaisirs ;

A moins que ce ne fût qu’une promesse

Que leur donnèrent leurs belles maîtresses...

Quoiqu’il en soit, certains partent en guerre

Pour des histoires d’amour et de pierres,

Ramenant des trésors de parvenus

Pris aux peuples de pays inconnus.

Alors, le collier d’or autour du cou,

La femelle se soumet aux grimaces,

Ce processus ayant joué pour beaucoup

Dans la pérennité de notre race.

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 19:50

 

 

 

Béton armé

 

 

Ô mon béton armé sous mon toit bien-aimé

Aux tiges de ferraille élevant la muraille,

Plus fort que le mortier ou la pierre de taille,

Que coule ta puissance aux pieds du mal famé.

 

Gloire à la casemate et vive le fortin !

Que ta belle industrie fasse crever la dalle

À tous ces affamés à la cagna tribale ;

Sous les bombardements, nous leur crierons : « Tintin ! »

 

Je rêve d’un building mais sans aucun jardin,

Sans pelouse où y germe un parfum citadin :*

Que l’étron et son chien migrent à la campagne !

Aide-moi à bâtir mon pays de cocagne.

 

Ô mon béton armé, hardiment façonné,

Aux tiges de ferraille exhibant ta droiture,

Dans un ultime plan contre Dame Nature,

Que coule le ciment sur le trèfle fané !

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de erts.over-blog.com
  • : His poetic style is a combination of lyrical writing with social, experimental and humorous themes. He believes that poetry has to renew with its popular functions to regain vitality in the world of French literature, as well as he likes committing most of his work to the constraints of certain traditional rules of form (to also have the pleasure of transgressing them).
  • Contact

Recherche

Liens