Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 19:31

Cabridan

 

Dis-moi, le cabridan, c’est un géant,
Est-il vrai qu’il a d’effroyables dents ?
Est-ce qu’il crie « pish ! pish ! » ou bien « cot ! cot ! »
Quand il déguste son pot de compote ?*

 

Mais non, il ne chante qu’en occitan

Et c’est un frelon qui n’a pas de dents,

Qui fait des « bzz bzz » quand sa queue gigote

Dans le gros bocal rempli de griottes.

 

variante : un exquis polyglotte

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 19:28

Prédateurs

 

Toi, le bourdon qui me le file

Belle Arachné ma vie défile

Ronge mon sang pour que s’efface

Ce gros cafard — que la vie lasse

 

Et quand tout ne tient qu’à un fil

Longue est la langue du reptile

Pauvre avorton sans carapace

Proie des sangsues — la mort qui passe.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 19:25

 

 

Poisson-chien

 

 

« qu’elle fredonne l’air miraculeux des quatre points cardinaux

qui nous protègent contre l’égarement du chien pour-

suivant éternellement sa queue » (Extrait de : André Breton, essais et témoignages. A la Baconnière.)

 

Lorsqu’un affreux molosse manque

De chien

Plus que

D’os et de chiennes

Bête noire

D’un cynique concours canin

S’entortillant dans ses chaînes

Tel un cerbère de foire

Sans têtes

Ni queue

Qui se la mord

A qui mieux-mieux

Sans succès

Et sans espoir

De n’être rien de plus

Qu’un moins que rien

Que dire du poisson pané

Déjà mort

Dans l’assiette

Sans queue ni tête

Comme Médor

Qui a mordu

Pour le pire

Cela va sans dire

Le poisson pané

(De morue)

Très fort

N’est-il pas

Mort

Déjà

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 19:21

La reine araignée

 

 

Que la reine araignée

Se sent bien fatiguée

De tisser pour tuer

Les bestioles ailées

 

Qui font mille courbettes

Et tant de simagrées

Priant d’être épargnées.

« Que laides sont ces bêtes,

 

Autant donc les saigner »,

Dit-elle, d’un ton grave,

Emballant ses cadavres

Pour la sainte journée.

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 18:46

 

 

 

Bucéphale

 

Quand du ramdam des fers ensorceleurs

S’envole la fumée des ongulés,

La bouche écumante des grands trotteurs

Enivre les soudards yeux affolés

 

Par les coups d’éperon des fiers dompteurs

Qui, aux sons des cravaches décuplés,

S’oublieront dans une orgie de couleurs :

Casques de fiel, casaques bariolées.

 

La jument rebelle aux grands yeux pivoine

S’en ruera toujours bien d’avoir perdu

Le droit à sa double ration d’avoine ;

 

Eût-elle gagné, peu importe son dû

S’il faut être rossée comme un tocard :

Gare aux coups de sabots vengeurs, hussard !

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 18:24

Le bruit des oiseaux

 

De vos câbles siffleurs, du tambour des machines

J’essaime aux quatre vents la furie des usines

L’asbeste amphibolique a creusé ma tumeur

Et l’anthracite a tué mon pigeon voyageur

 

Les corbeaux et vautours rôdent autour des mines,

Ces éternels vainqueurs que drainent nos famines,

Aux chants des moins subtils, à l’habit de couleur

Sombre et impérieux entaché de douleur.

 

On m’a dit que là-bas on convoitait les ruines

Des éternels glaciers, refuge des hermines

Entends-tu la saignée du scarificateur

Dans les veines souillées, mon oiseau migrateur ?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de erts.over-blog.com
  • : His poetic style is a combination of lyrical writing with social, experimental and humorous themes. He believes that poetry has to renew with its popular functions to regain vitality in the world of French literature, as well as he likes committing most of his work to the constraints of certain traditional rules of form (to also have the pleasure of transgressing them).
  • Contact

Recherche

Liens